Mission de la
Chorale A Cœur Joie de Beyrouth

Dès 1922, César Geoffray (1901-1972) entreprend d’amener la jeunesse à la bonne musique par la pratique du chant en commun. Juste après la seconde guerre mondiale, il se consacre à l’organisation de chorales dans les mouvements scouts français, et fonde en 1947 le Mouvement A Cœur Joie international.
 La mission de la Chorale A Cœur Joie de Beyrouth s'inscrit dans l'esprit défini par César Geoffray.

  • Nous sommes une chorale d'amateurs. Les membres de notre chorale aiment le chant choral, et le pratiquent pour leur plaisir et celui de leur auditoire.

  • Notre ambition est d'essayer, sans compromission aucune, de faire de la bonne musique chorale selon les canons généralement compris par une telle terminologie.

  • La mission principale de notre chorale est de mettre à portée du plus grand auditoire possible, sans contrepartie pécuniaire, notre compréhension et notre amour de la bonne musique.

  • Notre chorale est ouverte à tous, sous la condition d'adhérer pleinement à cet esprit.

 
 
 

Répétitions

Tous les mardis, de 19h.50 à 22h.00
au local de la chorale, 2ème étage au dessus de

l'Église Saint Joseph des Pères Jésuites, Achrafieh

 
Pour faire partie de la Chorale

Pour joindre la chorale il faut impérativement:

  • adhérer à l'esprit de la chorale
    (lisez la Mission de la Chorale)

  • avoir une voix juste
    (Savoir lire la musique est certes souhaité, mais non indispensable)

  • s'engager à:

    • une assiduité sans faille
      (On ne peut pas concevoir plus d'une absence sur 10 répétitions pour cas de force majeure)

    • une ponctualité à toute épreuve
      (La répétition ne peut avoir lieu si à 20.00 un quorum adéquat pour toutes les voix n'est pas atteint)

    • un effort sérieux pour l'apprentissage
      (Entre deux répétitions, on doit réviser les partitions travaillées, de sorte qu'elles soient parfaitement sues à la répétition suivante.)

Si vous pensez pouvoir tenir ces engagements, alors n'hésitez plus, écrivez au chef pour une audition

 
 
 
 

L'Orchestre Symphonique National Libanais

Enfin il est né, enfin il est là!
Grâce aux efforts de l'infatigable Walid Gholmieh, directeur du Conservatoire National de Beyrouth, l'Orchestre Symphonique National Libanais a vu le jour.
Parfois dirigé par Walid Gholmieh lui-même pour certaines occasions, notre orchestre national travaille principalement sous la baguette du chef polonais Wojceich Gzepiel et celle du jeune chef libanais Harout Fazlian. Il donne de fréquents concerts, habituellement à l'Église Saint Joseph.

Le Père Albert Mayet, s.j.
1916 - 2000

   J'ai fait la connaissance du Père Albert Mayet en 1958. Il trônait sur l'harmonium de la petite chapelle du Collège Notre Dame de Jamhour. Moi, jeune élève de classe de 7ème, je m'efforçais de réussir une audition devant me permettre de gonfler les rangs des sopranes à la chorale du collège. Il a eu la bonté de m'accepter!
   Le Père Mayet, était l'une des dernières grandes figures du Collège Notre Dame de Jamhour. Il s'est éteint le 14 mai, à Lyon.
  Comme le Père Mathieu, à qui l'opposait d'ailleurs une épique (quoique fraternelle!) concurrence artistique, le Père Mayet s'est occupé de milliards de choses durant sa longue carrière libanaise.
   Mais pour moi, et pour tant d'autres, il aura surtout été celui qui a su insuffler à la jeunesse libanaise le goût pour la bonne musique, l'amour du chant choral.
   Quarante deux ans plus tard, à la messe du souvenir qui sera célébrée  le 29 mai 2000 à Jamhour, ce jeune soprane de 1957 est tout ému de rendre au Père Mayet l'hommage de la chorale A Cœur Joie de Beyrouth.

Tino Fargialla

 

 
Laurent Danayan (V 11 décembre 2006)

Laurent Danayan

   Notre ami Laurent est décédé
   Ceux qui connaissent Laurent savent à quel point le chant choral  était pour lui une joie, une véritable nécessité. La chorale était sa seconde famille... peut-être même la seule, à un certain temps.
   Pour la Chorale A Cœur Joie, membre de la première heure, Laurent était une figure immuable, une véritable institution!
   Il était à la répétition, il y a quelques semaines encore, faisant des efforts douloureux pour bouger et marcher. Comme d'habitude, il chantait sa partie par cœur, parce qu'il n'y voyait presque plus. Depuis, nous le savions fatigué, pratiquement invalide, mais nous attendions confusément qu'il aille mieux, et rejoigne son cher pupitre des basses.
Il restera dans notre souvenir tel qu'on le voit dans cette photo, prise il y a moins d'un an, soutenant le Rock a My Soul de sa voix chaude et profonde. (Décembre 2005)